Stabat Mater de DVORAK

Programme du concert

Stabat Mater, op. 58 de Antonín DVORÁK (1841-1904).

Symphonie n°2 en ré majeur, op. 73 de Johannes BRAHMS (1833-1897).

Parcourir les 34 saisons
123456
789101112
131415161718
192021222324
252627282930
31323334

Dates

Concerts de printemps de la 26e Saison (2008-09) donnés par la Formation Symphonique (FS).

TROUVÉ Laetitia, chef d'orchestre.

METZLER Patrizia, chef de choeur.

Samedi 30 et dimanche 31 mai 2009 à l'Atria Novotel (Belfort), dans le cadre de la 23e édition du Festival International de Musique Universitaire (FIMU) de Belfort.

Vendredi 5 juin 2009 à 20h30 en l'Église Sainte Marie des Batignolles (Paris 17e).

Samedi 6 juin 2009 à 20h30 en l'Église Saint-Eustache (Paris 1er).

Solistes

DEUVE Élise, alto.

JORE Baptiste, basse.

HATA Shigeko, soprano.

DE LIGNEROLLES Xavier, ténor.


Historique

Retrouvez 2 des œuvres de ce programme données à l'occasion d'autres concerts :

Stabat Mater, op. 58 de Antonín DVORÁK (1841-1904) ∼ 1 saison : 10.

Symphonie n°2 en ré majeur, op. 73 de Johannes BRAHMS (1833-1897) ∼ 1 saison : 14.

Le contenu de ce site est sous licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France. Pour demander l'autorisation d'utiliser nos contenus contactez-nous.


Publicité







 

Symphonie n°2 en ré majeur, op. 73

Johannes BRAHMS (1833-1897)

ImageFormation Symphonique du COGE interprétant des extraits du Stabat Mater, op. 58 d'Antonín DVORÁK (1841-1904), le dimanche 31 mai 2009 à l'ATRIA de Belfort, dans le cadre de la 23e édition du FIMU.

Johannes Brahms compose ses quatre symphonies entre 1876 et 1885. Elles constituent le trait d'union entre les symphonies de Beethoven et les tableaux symphoniques de Mahler qui clôturent le XIX° siècle. Le succès de sa Première Symphonie permit à Brahms de se libérer définitivement de la figure symbolique et tutélaire de Beethoven. Ainsi, alors qu'il avait passé près de vingt ans à composer sa Pre- mière Symphonie , il écrit sa Seconde Symphonie en trois mois, lors de l'été 1877 à Portschach, en Carinthie (Autriche). Hans Richter dirigea la création de la pièce à Vienne, le 30 décembre 1877. L'engouement fut immédiat, et permit au compositeur d'être reconnu par le public et les critiques comme l'un des musiciens les plus talentueux du moment. La Deuxième Symphonie est divisée, sur le modèle classique, en quatre mouvements, rapide-lent-trio-rapide. L'orchestration est importante : vents par deux (flûtes, hautbois, clarinettes, bassons), quatre cors, deux trompettes, trois trombones, un tuba, timbales et cordes. Brahms, conscient de la complexité de son œuvre, la définit lui- même comme « un nouveau monstre gracieux ».

Stabat Mater, op. 58

Antonín DVORÁK (1841-1904)


Extrait du X. Quando corpus morietur du Stabat Mater de DVORAK, interprété par les Chœurs du COGE, le Samedi 6 juin 2009 à 20h30 en l'Église Saint Eustache (Paris 1er).

Le Stabat Mater est l'une des rares œuvres sacrées que Dvorak a composées. Cette dernière est en effet intimement liée au décès de la fille du compositeur en 1875. De là naîtra une première version du Stabat Mater, non orchestrée. En 1877, le compositeur perd ses deux autres enfants. Le manuscrit est repris et orchestré. Il produit ainsi un monument de la musique, pour lequel il confie davantage aux voix qu'à l'orchestre. La création de cette version a lieu le 23 décembre 1880 à Prague. Le Stabat Mater est l'une des pièces maîtresses de la production du compositeur, qui contribua largement à sa renommée internationale.


Extrait du X. Quando corpus morietur du Stabat Mater d'Antonín DVORÁK (1841-1904)
Interprété par la Formation Symphonique (FS) du COGE le samedi 6 juin 2009 à 20h30 en l'Église Saint Eustache (Paris 1er).
Dernière mise à jour le .